Isolation des façades : comment ça fonctionne ?

Nous vous expliquons l'importance d'isoler sa maison et par quelle moyen

On le sait bien pour soi-même, les manteaux chauds protègent du froid. Il en va de même pour la maison, à ceci près que le manteau de protection, sous la forme d’une isolation de façade, protège de la perte de chaleur de l’intérieur. En effet, la façade, c’est-à-dire, au sens énergétique, tous les murs extérieurs d’une maison laisse échapper une grande quantité de chaleur inutilisée, contre laquelle il faut chauffer à grands frais.

Lors de l’assainissement énergétique, on opte donc généralement pour l’isolation de la façade, qui est même parfois obligatoire selon le décret  (décret sur les économies d’énergie) et qui est toujours une isolation extérieure.

Isolation par insufflation, isolation centrale ou façade ventilée : l’isolation thermique offre différentes possibilités qui dépendent entièrement du bien immobilier et qui se distinguent nettement par leur efficacité, leur prix et leur aspect.

Les coûts de l’isolation thermique sont récupérés au fil des années grâce aux économies de chauffage réalisées. Sans isolation thermique, les frais de chauffage augmentent. Sans une isolation de façade appropriée, il fait vite froid chez soi – avec pour conséquence une augmentation des frais de chauffage.

Économies d’énergie grâce à des façades isolées

Plus une maison est ancienne, plus les économies d’énergie possibles grâce à une isolation seront importantes. Une isolation de façade permet d’économiser jusqu’à 20 % des frais de chauffage. En effet, selon la taille de la maison, environ 10.000 kWh/an peuvent être perdus par le mur extérieur.

Il s’agit bien sûr de valeurs indicatives approximatives et non universelles – le potentiel d’économie réel peut être plus élevé, mais aussi plus faible. Seul un conseil en énergie peut déterminer votre cas individuel. En gros, il est convenable d’économiser plusieurs centaines d’euros par an après l’isolation de la façade.

La qualité de l’isolation est décrite par le coefficient de transmission thermique ou valeur U : plus il est faible, plus l’isolation thermique est efficace.

Systèmes composites d’isolation thermique.

Un système composite d‘isolation thermique est la norme pour l’isolation des façades. On fixe des panneaux isolants en polystyrène ou en polyuréthane sur la façade, on renforce le matériau isolant avec un tissu d’armature et on enduit ensuite. Les possibilités d’aménagement visuel de la façade sont toutefois limitées.

Les coûts se situent entre 90 et 140 euros selon le type de maison. Le recyclage des matériaux isolants peut poser problème. Un système composite d’isolation thermique peut certes être posé par des bricoleurs très expérimentés – mais les professionnels sont beaucoup plus rapides et savent ce à quoi ils doivent faire attention. Pour en savoir plus, nous vous suggérons de consulter ce guide complet pour bien isoler votre maison du sol au toit.

Des composites variés

Façades suspendues

Dans le cas d’une façade suspendue ou ventilée, on construit sur le mur porteur un cadre à lattes en métal ou en bois, on remplit les espaces intermédiaires de préférence avec de la laine minérale et on recouvre le tout d’un revêtement extérieur sur un contre-lattage.

Cette isolation est plus chère qu’une ITE, mais elle est très efficace et on peut se passer de panneaux de polystyrène. Une façade ventilée prévient les dégâts dus à l’humidité et les moisissures, car l’air peut circuler entre l’isolation et le revêtement. Le coût au mètre carré est élevé, entre 180 et 300 euros, mais le mur extérieur peut être personnalisé.

Isolation thermique par insufflation ou isolation centrale

Avec cette possibilité d’isolation thermique, la couche isolante se trouve entre deux murs, le mur porteur et la coque extérieure en pierres résistantes au gel qui en est éloignée d’une bonne quinzaine de centimètres. Pour les nouvelles constructions, on utilise des panneaux isolants en laine minérale, mais aussi du verre cellulaire concassé, ainsi que des granulés de liège ou de cellulose.

Si une maçonnerie à double paroi est déjà présente, comme c’est le cas pour les bâtiments en briques, il est également possible de souffler le matériau isolant dans le mur par des trous spécialement percés à cet effet. L’aspect de la maison est alors préservé et le coût de l’isolation par insufflation est généralement assez bon marché, entre 40 et 60 euros par mètre carré. 

Isolation extérieure avec vide isolant

Les chambres remplies d’air sont de mauvais conducteurs de chaleur et isolent donc bien. Le vide a un effet isolant encore meilleur – il n’y a tout simplement rien qui puisse conduire la chaleur. C’est aussi l’astuce d’un pot d’isolation – et aussi de ce que l’on appelle les panneaux isolants sous vide ou VIP pour Vacuum Insulated Panel.

Ces panneaux sont très minces et atteignent déjà avec deux centimètres d’épaisseur les valeurs d’isolation d’une plaque de polystyrène de 20 centimètres. Les inconvénients sont évidents : un dommage et l’effet isolant disparaît. Les panneaux ne peuvent pas être découpés et sont relativement chers, au moins 225 euros le mètre carré.

Briques d’isolation thermique comme isolation extérieure

Dans les nouvelles constructions, on utilise de plus en plus souvent des briques d’isolation thermique remplies de perlite ou d’autres matériaux isolants, de sorte que les murs eux-mêmes isolent. En théorie, il est également possible d’utiliser ces briques comme mur de parement lors d’une rénovation. On ne les colle pas comme des panneaux d’isolation thermique, mais on les maçonne directement sur le mur extérieur.

En cas de murs irréguliers, on laisse un peu d’espace et on remplit ensuite l’espace vide de perlite. Avec 70 à 120 euros par mètre carré, une telle isolation extérieure est toutefois coûteuse.

Avantages d’une isolation de façade

L’isolation de la façade permet d’économiser des frais de chauffage et se remarque déjà sur la première facture annuelle. Mais l’isolation extérieure rend aussi les murs intérieurs plus chauds et améliore nettement le climat intérieur. L’isolation protège en outre la substance du bâtiment et sert de protection contre la chaleur en été. Une maison correctement isolée a en outre une valeur vénale plus élevée.

Inconvénients d’une isolation de façade

Le coût d’une isolation de façade est élevé. Selon le type de construction, elle peut n’être amortie qu’après des années ou des décennies. Mais la durée de vie de l’isolation est tout de même si élevée qu’il n’est pas nécessaire de refaire l’isolation pendant cette période. L’élimination du polystyrène est difficile et alourdit généralement les déchets résiduels, car les différents composants de l’ITE ne peuvent pas ou difficilement être séparés les uns des autres. L’isolation dotée d’une protection anti-incendie peut même constituer un déchet spécial. Le soin et l’exécution de la construction sont décisifs pour l’isolation extérieure, en tant que profane, on ne peut rien économiser en faisant soi-même les travaux. 

Un artisan pose de la laine de verre

Coûts de l’isolation de façade

L’isolation extérieure en vaut-elle la peine ? Tous les propriétaires de maison se posent probablement cette question à un moment ou à un autre et la réponse est en fait toujours « oui ». Il n’est de toute façon pas possible de donner des coûts concrets et forfaitaires pour l’isolation de la façade, ni de déterminer le délai d’amortissement de l’isolation. Cela dépend du coût, de la durabilité et du prix de l’énergie.

Si vous devez de toute façon appliquer un crépi extérieur et faire des réparations, l’isolation est toujours rentable. Dans ce cas, il faut de toute façon payer l’échafaudage, le peintre et le plâtrier. L’isolation de la façade est particulièrement intéressante en cas de rénovation du crépi extérieur.

Une isolation de façade défigure pourtant la maison

Les propriétaires craignent que leur maison disparaisse sous une couche d’isolation encombrante. Avec une pure ITE, il n’y a vraiment pas de possibilités d’aménagement, on obtient des façades uniformes et les fenêtres risquent d’être placées plus bas dans la façade. Ce n’est que grâce à l’agencement des couleurs, à la structure de la surface ou aux éléments décoratifs que la façade isolée est valorisée visuellement.

Les possibilités sont comparables à celles des murs extérieurs non isolés. Si l’on veut conserver une façade 1:1 et qu’une isolation centrale est impossible, on ne peut pas éviter une isolation intérieure.

Une isolation de façade produit beaucoup de déchets

Ceux qui parlent de problèmes d’élimination et d’un éventuel recyclage font souvent référence aux panneaux de polystyrène de l’ITE. En raison de son mélange de matériaux – isolation, armature, enduits et additifs ignifuges – un tri sélectif est difficile à réaliser et alourdit les déchets résiduels.

En revanche, si l’on mise sur des matériaux d’isolation minéraux ou écologiques, l’élimination ne pose aucun problème. Même avec d’autres variantes d’isolation par exemple l’isolation centrale, la laine de roche ou d’autres matériaux isolants peuvent être facilement recyclés.

La maison brûle mieux 

Oui, uniquement avec le polystyrène cela peut poser problème sans les additifs ignifuges qui classent alors ce matériau isolant comme difficilement inflammable. Mais pas de manière générale, plutôt en cas de mauvaise exécution sans barrière coupe-feu ou également lorsque des poubelles en feu sur le mur de la maison se propagent à la façade. D’autres matériaux isolants, comme la laine de roche, ne sont en aucun cas inflammables.

L’isolation de façade favorise les moisissures et les algues

Les moisissures apparaissent lorsque l’humidité se condense sur les parties froides du bâtiment. Mais ce n’est pas parce que les murs ne peuvent plus respirer à cause de l’isolation – les façades non isolées ne le font pas non plus. Le refroidissement des éléments de construction est dû à des défauts de construction pendant l’exécut

Cela est particulièrement possible avec de nouvelles fenêtres sur des façades non isolées, où des ponts thermiques peuvent apparaître aux angles des fenêtres. Les algues peuvent toutefois s’installer facilement sur les façades isolées, en particulier lorsque les arbres sont proches et que le débord de toit est si faible que la pluie battante atteint le mur.